Judith Strauser

À deux ans, Judith Strauser s'exprimait avec aisance. À treize, elle récitait par cœur le Jabberwock, dans différentes traductions. Rien de surprenant à ce qu’elle ait choisi la profession de traductrice, de truchementeuse, comme elle dit. Si elle a une préférence marquée pour les contes, elle ne dédaigne pas de traduire les aphorismes et les maximes.

Bienvenue chez la truchementeuse




















Vous êtes rue des Promenades dont voici les mentions légales
« La mort de la littérature : plutôt crever, oui. » Nicolas Bernal