Emmanuelle Messika

Rue des Promenades selon Emmanuelle Messika


Je pratique une peinture dans laquelle évoluent des écritures hybrides. Cohabitent sur un même support des espaces en tension et en suspension, où la violence d’un geste côtoie un apaisement. Par des jeux de matières, je cherche à établir un dialogue décalé et j’aspire à une profusion de couleurs.

Le tableau est le lieu qui me permet de réunir la narration avec l’action de peindre.
J’élabore des mises en scènes empruntées à un imaginaire qui réunit le fantastique voire le fabuleux et le quotidien, dans lesquelles chaque domaine participe, où le réel rejoint l’onirique.

J’ai recours à des créatures : petits personnages, issus du monde étonné, invraisemblable, et cruel de l’enfance.
Humains ou bien animaux, sont emmêlés dans des situations absurdes, sujets à la mélancolie.
De ces situations inextricables, se crée une distance. L’humour surgit de cette brèche.

Inventés, ou citations sorties de leur contexte, mes titres, proviennent de la littérature, du théâtre, de paroles de chansons.

Dans chacun de mes tableaux, les sentiments sont exacerbés avec cruauté. Une altérité est attribuée aux objets. Leur présence en fait des témoins et des cobayes, sujets tiraillés et soumis à un attachement manifeste.
L’accident et le hasard sont des acteurs majeurs de mon travail.

Emmanuelle Messika

Expositions Personnelles

Galerie De Vos, Espace Seven, Paris 2011
La Galerie Mariska Hammoudi, Paris 2010
Les Trois Baudets, Paris


Collaborations

Réalisation du visuel de la couverture du livre « Dis ! pourquoi tu chantes ? »aux éditions Tirésias

Métamorphoses, concert optique. Réalisation de peintures sur verre projetées lors d’un concert de musique Baroque de l’ensemble Les Lunaisiens, sous la direction de Louise MOATY, à Château Thierry (02) et dans le cadre du Festival de musique Baroque de Pontoise (95) 2011

Le site d’Emmanuelle Messika
Éditions Tiresias




















Vous êtes rue des Promenades dont voici les mentions légales
« La mort de la littérature : plutôt crever, oui. » Nicolas Bernal