Jeremy Boulard

Rue des Promenades selon Jérémy Boulard

Dessins de Jérémy Boulard sur ledessincontemporain.com

Tout ce que je sais sur Jérémy Boulard Le Fur :

Jérémy Boulard Le Fur habite un immeuble brodé sur une avenue arborée.
Jérémy Boulard Le Fur a un frère qui a un univers.
Jérémy Boulard Le Fur a un univers qui lui est propre.
L’univers de Jérémy Boulard Le Fur évoque la gomme et la mie de pain, les larmes et le chamallow. On peut s’y vautrer comme dans un canapé moelleux et cotonneux. C’est très difficile de sortir de ce canapé. Tout bien considéré, on n’est pas du tout obligé d’en sortir.
Mais aussi, on m’explique que Jérémy Boulard Le Fur est diplômé de l’ENSAD en section cinéma d’animation en 2009. Et qu’un échange à la CalArts (Los Angeles) lui a permis d’aborder les bases de la construction de marionnettes et de l’animation en volume, qu’il a mis en pratique dans son film de fin d’études, Troublantes Caresses, sélectionné notamment au festival d’Annecy 2010. Il paraît que, depuis la fin de ses études, il mène en parallèle expériences professionnelles en stop motion comme en dessin animé (générique, publicité, clip, court-métrage) ainsi que divers projets personnels ou collectifs de publications et d’expositions. 

Sa production personnelle, pratique comme théorique, est basée sur le lien entre fantastique et absurde, qu’il met en rapport avec l’ambiguité du rire dans son mémoire Le Rire jaune et la dictature du sourire, en abordant les oeuvres de Victor Hugo, Lynch, Herzog, Cronenberg. Dans ses travaux animés et plastiques souvent centrés sur le corps et notamment le visage, il tente de faire ressortir une émotion en explorant la matière. Cette manière de confronter l’émotion et la sensation est influencée par le travail d’animateurs tels que Youri Norstein, Jan Svankmajer, Igor Kovalyov. 

De façon plus générale, il porte un vif intérêt pour le figement dans l’oeuvre de Beckett, la maladresse en général, ou encore l’ambivalence du masque, de la grimace et du corps grotesque.

Bibliographie :
A flamboyant Adventurer, Editions Kaugummi, 2010
Dans ma maisongle, zine autoproduit, 2011

Expositions :
Collection avec Ludovic Boulard Le Fur au Kiosque/images, 2010
Vice x 12 MAIL, 2010
Fier à bras, galerie la Petite Surface, 2010
Pink Poseidon, galerie la Place forte, 2011
9/9, la Générale en manufacture, 2011
Et puis :
Exposition collective de Frédéric Magazine courant octobre 2011
Exposition personnelle à Mont de Marsan à partir du 22 octobre 2011

Réalisation :
Troublantes Caresses (ENSAD, sélection Annecy 2010)

Le site de Jérémy Boulard Le Fur

Participations presse et web :
Frederic Magazine
Under the Influence
Headache (Editions du livre)
Revue Gruppen
Dégradés
Tranchée Racine et Viande de Chevet (United Dead Artists)
Gonzai
Chauvisme
Article 11
Vice




















Vous êtes rue des Promenades dont voici les mentions légales
« La mort de la littérature : plutôt crever, oui. » Nicolas Bernal