Une campagne pour

99 limetricks
recueil de quintils cocasses
signé Bernal et illustré par Olivier Texier
sorti le 21 septembre 2009
aux éditions Rue des Promenades
www.ruedespromenades.com

11 septembre 2009 : 99 limetricks - Petits poèmes scabreux à paraître aux éditions Rue des Promenades

99 limetricks est un recueil de petits poèmes à caractère sexuel et géographique tout droit sortis de la plume de Bernal et du stylo feutre d’Olivier Texier. Toute l’équipe s’est mobilisée pour effectuer des contrôles, et garantit la faisabilité des propositions bernaliennes.

Retour de bâton

À Bandar Seri Begawan
La jolie vendeuse d’avoine
Rumine les plaies et séquelles
Du célibat car on sait qu’elle
Mord les glands comme de la couenne.

Bernal, auteur de la Décantation, co-fondateur de la revue le Nouvel Attila, vibrant visiteur des Seins de Ramon Gomez de la Serna, signe ici un recueil dans la droite ligne des poèmes zutiques du quartier latin et de l’hôtel des Étrangers.
Olivier Texier, dessinateur nantais, donne du corps au propos.
Préface de Cécilia Colombo.



13 septembre 2009 : Révisions - 99 villes du monde par mnémoniques.

Malentendu

Un pêcheur exsangue à Huê
Se sent comme un hareng floué
Depuis que sa bourse est déserte.
Enceinte sa femme y injecte
De son lait pour la renflouer.

En cette période de rentrée, tant de choses à se remettre en tête. Associer à chaque ville une pratique sexuelle est une méthode mnémotechnique efficace. En bonus: leurs coordonnées géographiques, classées d’est en ouest.

Bernal n’est pas un poète, n’est pas un pohéteu, n’est pas un poët.
Membre d’une fratrie légendaire, né non loin du terre-plein où Jarry conquit la maîtrise du vélocipède, il est un facteur de trouble. Caractéristiques : caresse les mots, casse des formes.
Olivier Texier travaille dans une collectivité territoriale.
Ouvrage épicé au colombo.



15 septembre 2009 : Politique – Réduction de la couverture sociale

Dilemme

Chez un grand huissier de Zwickau
La bouchère à peau de gecko
Sommée de choisir ou l’amant
Ou le mari à leurs crémants
Dit la bouche pleine : « Ex æquo ».

Ni Bernal ni Olivier Texier n’ont eu recours aux pilules magiques délivrées sur ordonnance pour boucler 99 limetricks, grimoire énergisant dont la publication sous toutes les longitudes portera un coup de boutoir décisif à l’industrie pharmaco-virilisatrice.

Bernal, footballeur à épanchement synovique, invente des poèmes à contraintes géographiques, rédige des cocktails à dominante érotiques, fomente des dérives à détours zutiques.
Olivier Texier est arbitre officiel de catch des dessinateurs à moustaches, discipline artistico-sportive.
Ouvrage recommandé par Colombine.



17 septembre : Culture - Mais qui s’intéresse à l’histoire géo ?


Une question qui taraude les fortes têtes blondes du cours élémentaire. Réponse : Bernal s’y intéresse avec fougue et passion. Ce sont 99 cités, d’est en ouest, dont il effeuille les moeurs, en 99 limetricks.

Fan
Dans les travées du stade à Gap
Une fan fixe à sa ventouse
Chaque sportif pour des agapes
Privées de vin mais pas de grappes,
Pampres qu’elle pompe sans sa blouse.

Bernal, poète sans vergogne mais non sans verjus, opère en ville, pourfendant d’un cimeterre aiguisé persiennes et Parisiennes.
Olivier Texier aime ce qui est absurde, bizarre, crétin ou les quatre en même temps.
Préface d’une colombe coquine.



19 septembre : Consommation - Et s’il fallait choisir, ou les livres, ou tes lèvres ?

« Les deux, Ma Générale », répondrait Bernal, auteur du recueil 99 limetricks qui sort avec l’automne malade et adoré des poètes. Inspiré par les fantaisistes du début du XXème siècle, Bernal embrasse plus large que Tristan Derème.

Un extrait :

Je dirai pour l’instruction des biographes
Que ton corsage avait quarante-deux agrafes,
Que dans tes bras toute la nuit j’étais inclus,
Que c’était le bon temps, que je ne quittais plus
Ta chambre qu’embaumait un pot d’héliotrope
Duhamel animait son héroïque Anthrope,
Pellerin habitait Pontcharra et Carco
49, quai de Bourbon, Paris. Jusqu’au
Matin je caressais tes jambes et ta gorge.
Tu lisais Chantecler et le Maître de Forges ;
Tu ignorais Laforgue estimant qu’avec art
écrivaient seulement Botrel et Jean Aicard.
Mais au bord du Viaur embelli de ses rêves
Frêne, pâle et barbu, méditait sur les Sèves,
Et Deubel, revêtu des velours cramoisis,
Publiant au Beffroi ses Poèmes choisis,
Déchaînait dans les airs le tumulte des cuivres.

Et j’aimais beaucoup moins tes lèvres que mes livres.

Tristan Derème

Euh, pardon :

Blague

La Dragonne de la Bièvre
Au désuet sobriquet
Levant aussi des lièvres
Plus d’un mâle briquet
Allumait sur ses lèvres

Bernal sort couvert (ainsi que son canard fétiche), épie les conversations des vieillards et des amoureux, les recopie dans son calepin, les accommode à la sauce piquante.
Olivier Texier lave sa voiture quasi nu dans les rues d’une ville de province.
Ouvrage rembourré au duvet de palombe.



Une histoire de texticules
Pour jouer les prolongations
Petit lexique à l’usage des curieux et des désœuvrés








Vous êtes rue des Promenades dont voici les mentions légales
« La mort de la littérature : plutôt crever, oui. » Nicolas Bernal